Cet article fait partie du compte-rendu de la rencontre « Accompagnement à la scolarité » qui s’est déroulée les 13 et 14 octobre 2007 à la Maison des Initiatives Etudiantes. Au travers des témoignages de Damien Cornu, membre de l’association étudiante Tremplin, et de Vincent Combet, acteur de terrain, cet atelier s’interroge sur la place des associations étudiantes dans le champ de l’accompagnement à la scolarité. Quel est leur rôle ? Où s’arrête leur domaine de compétence ?

 

INTERVENANTS : Vincent Combet, ancien animateur « Accompagnement à la scolarité » d’une structure municipale ; Damien Cornu, membre de l’association étudiante Tremplin

Beaucoup de structures très diverses travaillant sur le champ de l’accompagnement à la scolarité. Associatives ou municipales, cette diversité est importante : elles ont des moyens différents, une façon de faire différente.
Vincent Combet, ancien animateur « accompagnement à la scolarité » témoigne de son expérience : « Les structures municipales, par exemple, ont des impératifs de présence. _ Avec ces impératifs, on avaient des cas d’enfants qui éprouvaient des difficultés avec ce système. En intégrant des structures associatives, plus souples, ils ont pu s’épanouir davantage. Ces structures sont complémentaires. »


Des conseils aux associatifs étudiants

 

Les associations étudiantes ont un rôle à jouer dans l’accompagnement à la scolarité. Mais elles doivent pour cela prendre conscience de l’environnement dans lequel elles évoluent. Il est donc important de :

– Identifier les différentes structures proposant de l’accompagnement à la scolarité sur son territoire d’action et évaluer leurs niveaux d’exigence.
– Avoir un « vrai » projet, identifier quels sont les objectifs et envisager les différentes complémentarités entre chaque structure. (ex : si votre association agit auprès des lycées, il est important de prendre contact avec les collèges pour permettre à la fois de sensibiliser les établissements scolaires à vos actions, mais également d’envisager les freins et difficultés éventuels auxquels sont confrontés les élèves. Cette analyse permettra alors d’adapter votre projet.).

Les acteurs incontournables pour les associations étudiantes

 

Pour être efficace, les associations étudiantes doivent connaître les structures et personnes ressources. Petit panorama :

Les structures associatives (associations de quartier, centres sociaux, Maisons de la Jeunesse et de la Culture…)
Les structures municipales, qui s’inscrivent généralement dans un projet global de politique de la ville. Plutôt que de contacter directement les structures municipales, il est préférable de s’adresser aux chargés de mission qui coordonnent les actions : o Le chef de projet politique de la ville (coordinateur) o Le chargé de mission « contrat éducatif locaux » o Le chargé de mission « programme réussite éducative »

 

Enfin, il faut rappeler que les FOL (Fédération des Œuvres Laïques), les MJC (Maison de la Jeunesse et de la Culture) mais aussi les centres sociaux sont demandeurs de bénévoles. Elles ont donc tout intérêt à s’enrichir des étudiants bénévoles que votre association pourra mettre à leur disposition.

Echanges d’expériences : l’association Tremplin

 

L’association étudiante Tremplin a apporté son expérience lors de cet atelier. Après une présentation de son association, Damien Cornu nous a donné des bonnes pratiques pour développer des relations partenariales pérennes.

 

L’Association Tremplin a été fondée en octobre 2000 par quelques élèves de l’Ecole Polytechnique soucieux de donner leurs chances à de jeunes lycéens. Elle s’est fixée comme objectif d’inciter les lycéens issus de milieux modestes à oser se lancer dans des études post-bac, en les poussant à approfondir prioritairement les matières scientifiques.

 

Un tutorat d’une heure par semaine est ainsi réalisé par des étudiants de Tremplin pour les lycéens « motivés ». Composé d’une vingtaine de bénévoles, Tremplin agit dans plusieurs lycées d’Ile-de-France. De manière générale, la taille d’un groupe est assez faible (de 3 à 10 élèves) pour permettre un dialogue facile avec les élèves. Il s’agit surtout de stimuler la réflexion et d’ouvrir de nouveaux horizons. Le dialogue qui s’établit entre les étudiants et les lycéens a aussi pour but d’informer ces derniers sur les diverses possibilités d’orientation future.

 

Des partenariats solides

Plusieurs partenariats ont été mis en place au sein de l’association :
– Des conventions ont été établies avec les lycées partenaires. Des réunions avec les professeurs sont systématiquement organisées en début d’année afin de présenter le projet ;
– Tremplin a des partenariats avec le rectorat et avec différentes entités publiques ;
– Enfin, de nouveaux partenariats avec les entreprises sont mis en place (bourse pour les élèves, parrainage, shadowing).

 

Des outils méthodologiques

Tremplin a su se doter d’outils lui permettant d’évaluer son action :

– Chaque élève indique, en début et en fin d’année, ses projets post-bac (que veulent-ils faire « après » ?). En général, les réponses sont assez floues en début d’année puis s’affinent en fin d’année ;
– Une évaluation sur la poursuite ou non d’études est réalisée, en utilisant le n°INE comme indicateur ;
– Un outil méthodologique « le guide du tuteur », destiné aux étudiants bénévoles intervenants dans les lycées, a été réalisé.

 

Solidement structurée, l’association a ainsi su développer de nouveaux lycées partenaires mais aussi de nouveaux étudiants tuteurs grâce à une ouverture sur d’autres grandes écoles. Les deux stagiaires, fournis par Polytechnique, leur permet de consolider ce développement.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir