Josy Reiffers
Professeur des universités, chargé d’un rapport ministériel sur la question.

« Nuançons : la France reste attractive pour un certain nombre d’étudiants étrangers. Pour en attirer davantage, il faudrait pouvoir améliorer leurs conditions matérielles de vie. Nous avons de gros efforts à faire en matière de simplification des procédures administratives et de logement. Notre offre de formation doit en outre devenir plus lisible. La séparation universités – grandes écoles n’est pas toujours comprise. Et nous manquons encore d’enseignements adaptés à une population d’étudiants mobiles (enseignements bilingues ou intégrés à des programmes de coopération internationale…). »

Marie Borne
Reponsable du bureau des étrangers à la préfecture de Grenoble (38).

« La loi est la même sur tout le territoire. Ce qui diffère, ce sont les conditions d’accueil. A Grenoble, nous avons eu un  » avant  » et un  » après  » guichet unique. Nous sommes ainsi passés d’une situation où les étudiants menaient des démarches lourdes, à un accueil rapide et centralisé. Par exemple, différencier les étudiants venant se renseigner de ceux déposant leur dossier ou retirant leur carte de séjour, plutôt que de les laisser faire une seule et même file d’attente, a fait ses preuves. Plus que la loi, c’est la pratique que l’on doit modifier, voire même les mentalités. »

Jacques Soulas
Directeur du Centre national des œuvres universitaires et scolaires

« Il y en a moins qu’autrefois puisque le nombre d’étudiants étrangers, en France, est passé de 156 000 à 220 000 en 5 ans. Cependant, des difficultés existent pour les étudiants disposant de faibles ressources ou ne bénéficiant pas de bourses. Les CROUS font ce qu’ils peuvent puisqu’ils logent aujourd’hui 34 000 étudiants étrangers, deux fois plus qu’il y a 4 ans. Certains étudiants étrangers auraient en outre intérêt à choisir des villes de province, à taille humaine et le plus souvent moins chères. Enfin, autre obstacle possible pour certains étudiants non francophones : la langue. « 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir