« Agir pour la jeunesse, c’est agir en réalité pour le bien de tous ». C’est par ces mots que Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a lancé conjointement avec Martin Hirsch, Haut-Commissaire à la jeunesse, le 12 février 2009, la deuxième phase du chantier « vie étudiante ».

Le chantier « vie étudiante » est l’un des cinq chantiers constitutifs de la réforme des universités. Lancé en juin 2007, il a selon le Ministère de l’enseignement supérieur pour objectif « d’offrir aux étudiants un cadre de vie et de travail digne de ce nom et de faire de l’université un lieu d’égalité des chances et d’épanouissement. »

Il a abouti dans sa première phase à une réforme des bourses (revalorisation des bourses sur critères sociaux, augmentation du nombre de bourses à la mobilité, extension des bourses au mérite) et à un effort financier supplémentaire sur le logement étudiant.

Une relance attendue

Fin 2008, la CPU demande une réactivation du chantier « Vie étudiante » afin d’établir un suivi de la première phase mais aussi parce qu’elle estime que « les universités sont les acteurs les plus proches de leurs étudiants et doivent donc, au contraire de l’argumentaire développé dans le PLF 2009, se voir attribuer plus de compétences en matière de vie étudiante et notamment celles de santé des étudiants, de sport, de vie culturelle et associative, d’animation des campus, d’aide sociale aux étudiants, de mobilité étudiante et enfin d’aides matérielles à la réussite. »

Fin janvier 2009 Nicolas Sarkozy annonce la relance de ce chantier. La seconde phase débute donc le 12 février dernier, par une rencontre entre les différents acteurs institutionnels et syndicaux. Quatre groupes de travail sont alors décidés :

– financement de la vie étudiante
– vie de campus/ vie associative
– démocratie et citoyenneté étudiante
– logement étudiant.

Les propositions du réseau Animafac

Animafac, de par sa nature de réseau associatif étudiant, est associé au groupe de travail vie de campus/vie associative, et y prend une part active. Lors de la première réunion du groupe le 3 mars, le réseau a ainsi fait part de nombreuses propositions (voir document ci-joint) visant à favoriser le développement de la vie associative et à reconnaître l’expérience associative. La prochaine réunion est fixée au 24 mars.

A lire :

– les propositions du réseau Animafac.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir