Le FSDIE est un outil réel de gestion de la vie associative dans les universités. Pourtant, de nombreuses associations présentes sur les campus ignorent encore l’existence de ce fond et les démarches à accomplir pour y prétendre. Cette situation conduit régulièrement les universités à solliciter des projets car elles n’arrivent pas à utiliser la totalité du FSDIE, alors que de nombreuses associations étudiantes freinent leurs ambitions par manque de moyens.

 

Cette situation résulte largement d’un défaut de communication, auquel il convient de pallier.

 

Les critères d’attribution du FSDIE pourraient également être améliorés. Nous regrettons surtout que de nombreuses universités attendent essentiellement des associations qu’elles animent le campus. De nombreuses associations, dont les projets ne se déroulent pas sur les campus, ont ainsi les plus grandes difficultés à obtenir des financements, alors même que leur utilité civique et sociale n’est plus à démontrer. Il serait également utile de considérer une association naissante comme un projet en soi, indépendamment du degré de finalisation de ses projets.

 

Enfin, pour apporter un regard différent sur les projets exposés, il serait intéressant de faire siéger quelques porteurs de projets étudiants ayant auparavant bénéficiés du FSDIE dans les commissions FSDIE.

 

Découvrir la proposition suivante.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir