La secrétaire d’Etat chargée des sports, Rama Yade, vient d’annoncer l’instauration d’un plan de soutien en faveur des 3,5 millions de bénévoles du sport. Intégrant une série de quatre mesures phares, le plan serait notamment doté d’une enveloppe de 10 millions d’euros.

 

Face aux difficultés rencontrées par les bénévoles dans la gestion de leurs activités associatives (budget, droit, ressources humaines) et l’engagement, de plus en plus courant, de leur responsabilité juridique, la secrétaire d’Etat prévoit de financer des formations. Le but de l’opération est de les accompagner dans leurs démarches courantes. Pour ce faire, un Kit du bénévole sera développé et précisera les droits et devoirs des bénévoles. Afin de limiter le phénomène de vieillissement des cadres dirigeants du monde du bénévolat, Rama Yade prévoit de lancer une campagne de sensibilisation auprès des jeunes. L’objectif prioritaire de la campagne restant les jeunes en difficulté et issus de la diversité. Une ligne déjà adoptée par son prédescesseur Bernard Laporte alors qu’il regrettait de ne pas voir de représentants des minorités siéger au sein des différentes fédérations. « L’idée est d’accompagner un millier de jeunes chaque année en ciblant les femmes et les jeunes issus de la diversité », selon la secrétaire d’Etat. Les associations mettant en place les meilleurs programmes de formation pour les jeunes se verront récompensées par des bourses. Rama Yade souhaite enfin que le bénévolat soit mieux valorisé. Par ailleurs, une somme de 5 millions d’euros viendra s’ajouter à l’enveloppe prévue et aidera au financement des postes de cadres des petites fédérations.  Ainsi, un dispositif serait mis en place en relation avec l’Education nationale, l’association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) et le Pôle emploi, afin que les activités bénévoles soient réellement reconnues dès l’entrée dans la vie active.

 

Des remarques, des questions ou des références bibliographiques? N’hésitez pas à lancer le débat sur la page communauté du site d’Animafac.

 

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir