Valérie Pécresse part en guerre contre les conduites à risques. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche vient d’annoncer la mise en place d’une série de mesures devant prévenir tout incident lors de week-end d’intégration, de soirées et autres événements festifs étudiants.

 

Directement inspirée d’un rapport remis par le rectorat de l’académie de Poitiers aux services du ministère, cette série de mesures se développe sous trois axes. « Responsabiliser les organisateurs » des soirées et week-ends d’intégration en les obligeant à « déclarer chaque événement festif, non seulement auprès des responsables de l’établissement, mais à la mairie ou à la préfecture », comme cela existe pour l’organisation des « rave parties ». Cette proposition est « la clé de voûte » du dispositif et fera l’objet d’une « mesure législative », a notamment précisé la ministre.

 

Autre piste de travail : le testing va être généralisé lors des soirées étudiantes pour « vérifier que la loi qui empêche les fournisseurs* de distribuer gratuitement de l’alcool » est respectée. Ces contrôles pourront être réalisés par « les organisations étudiantes, les mutuelles, les associations de prévention des risques », selon la ministre.

 

Enfin, le ministère de l’Enseignement supérieur prévoit de replacer la prévention au centre des débats, avec notamment la mise en place de « modules d’enseignement sur les risques et les comportements addictifs », qui pourront compter dans l’obtention du diplôme, comme le fait par exemple l’université Nancy-I. Surtout, un guide d’information recensant les actions de prévention destiné aux responsables d’établissements et aux associations étudiantes devrait être édité avant l’été.

 

* Plusieurs marques de vins et spiritueux sponsorisent des soirées étudiantes en fournissant gratuitement leurs produits.

 

Engagé depuis plusieurs années sur ces thématiques, Animafac a récemment signé une charte sur la prévention des risques lors d’événements festifs, développé un kit de campagne à l’attention des associatifs et vient d’éditer un guide pratique sur cette thématique.

 

Abordant des problématiques concrètes comme les risques auditifs, l’alcoolisme ou la sécurité routière, le document se présente sous forme de fiches pratiques ludiques et claires. A mettre entre toutes les mains.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir