Beaucoup de responsables associatifs l’ont constaté : les associations françaises sont de plus en plus confrontées à la généralisation des appels d’offres de la part des pouvoirs publics (État et collectivités). La CPCA (Conférence Permanente des Coordinations Associatives) tire la sonnette d’alarme et attire l’attention sur les risques d’une telle évolution.

En effet, à terme, on peut craindre :

– la mise en concurrence systématique des projets associatifs
– la banalisation du fait associatif
– la généralisation d’une logique gestionnaire dans les assos
– la perte de l’essence même de l’action associative (réseaux de sociabilité, convivialité)
– la négation de leurs capacités d’innovation, d’adaptation, de co-élaboration et d’expérimentation

Face à ce constat, la CPCA entend profiter de la prochaine Conférence nationale de la vie associative qui devrait se tenir avant la fin 2008. Pour les coordinations associatives, elle sera un moment choisi pour stopper cette stratégie implicite de mise en concurrence des associations. Ainsi, elle devra être l’occasion de sécuriser la notion de subvention, en la distinguant clairement de l’appel d’offre et de la délégation de service public.

Pour ces coordinations associatives, ce sera un moment choisi de dialogue, en présence du Président de la République, pour ouvrir une nouvelle phase de concertation entre instances associatives et pouvoirs publics.

A lire :

– le magazine La Vie associative consacré au financement des associations
– le communiqué de presse de la CPCA

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir