Le 24 novembre 2006 s’est déroulé à Marseille un colloque consacré au thème : Vie et Temps. Avec la participation de Pierre Gilles de Gennes, prix Nobel de physique en 1991, et Dominique Lecourt, philosophe récompensé par le prix Gegner en 2000, cette journée a traité du sujet par le biais d’exposés oraux de doctorant venant de diverses disciplines (cosmologie, biologie, littérature…).

Tout voir

Parce que la vie le passionne, et parce qu’avec le temps (5 ans pour être précis), il a compris que la question du lien Vie et Temps ferait une beau manuscrit de thèse, Jean Yves Heurtebise a décidé d’organiser un colloque pour traiter du sujet. Ce futur docteur en philosophie a pour objectif d’alimenter le sujet en croisant de nombreuses disciplines. Et pour ne pas endormir le public avec des dissertations ennuyeuses, il choisit une formule efficace : faire intervenir un doctorant de plusieurs disciplines lors d’un exposé d’une demi-heure. Ainsi, nous découvrirons comment la cosmologie, la littérature, la biologie ou encore l’histoire sont marqués par ce lien étroit de la vie et du temps. Se côtoieront donc des théories comme la relativité, la conscience appliquée à l’enfant, la cancérogenèse mais aussi de l’esthétique avec  » la couleur jaune à travers les siècles « . Le programme est alléchant et sa diversité le gage que chacun y trouvera un intérêt. Mais Jean Yves ne s’arrête pas là. Il demande tout simplement à Pierre Gilles de Gennes de participer. C’est vrai qu’un prix Nobel ça donne du cachet ! Les mails s’échangent et monsieur De Gennes adhère rapidement au projet. Il parlera de la mémoire et des interfaces homme/machines. Rappelons que l’organisateur est un philosophe et il ne peut s’empêcher de demander sa participation à un autre grand nom, mais un philosophe cette fois : Dominique Lecourt, prix Gegner en 2000. Celui-ci accepte volontiers et dissertera de la vie et du progrès… Au cours de cette journée ouverte à tous, des moments de discussions sont prévus pour permettre une interaction forte entre les intervenants et le public. Cette journée est construite autour d’une volonté centrale : la vulgarisation. La diversité des participants l’impose, et tous les thèmes abordés sont traités pour être accessibles et compréhensibles par tous. Sous l’oeil des doctorants, la vie est belle, assurément.

Prix Nobel de physique en 1991 pour ses travaux sur les cristaux liquides et les polymères, le professeur Pierre-Gilles De Gennes a toute de suite accepté de participer au colloque sur la Vie et le temps qui se tiendra le 24 novembre à Marseille.

Qu’est ce qui vous a séduit dans ce projet ?

Tout d’abord, l’idée de voir des gens de cultures différentes m’intéresse énormément. Le public de ce colloque sera très varié, et il est toujours passionnant de faire passer des connaissances pour mieux en débattre. Le thème de la vie et du temps est propice à de nombreuses réflexions.


Qu’attendez-vous de cette journée ?

Je n’ai pas d’attentes particulières. Je ne sais d’ailleurs pas comment le sujet de la vie et du temps va être traité suivant les différentes disciplines et je ne connais pas tous les intervenants. Pour moi c’est un peu comme aller à la pêche, on ne sait pas si on va ramener un thon ou une sardine ! Dans tous les cas, c’est une belle aventure.

De quoi allez-vous parler ?

Je vais décliner mon propos suivant trois axes principaux. Tout d’abord je vais parler de la recherche sur le cerveau, quels sont les moyens d’étude et les applications du 21ème siècle. Puis j’aborderai le thème de la mémoire en rappelant le fonctionnement des cellules nerveuses et ce que cela implique en terme de mémoire immédiate ou au long terme. Puis je finirai par des prospectives : qu’est ce qui nous attend dans le futur proche ? Je suis convaincu que les systèmes cerveau/machine vont jouer un rôle clé, avec des conséquences médicales admirables mais qui posera certains problèmes éthiques.

 

Soyons sociaux
Réagir c'est agir