Parce que la vie le passionne, et parce qu’avec le temps (5 ans pour être précis), il a compris que la question du lien Vie et Temps ferait une beau manuscrit de thèse, Jean Yves Heurtebise a décidé d’organiser un colloque pour traiter du sujet. Ce futur docteur en philosophie a pour objectif d’alimenter le sujet en croisant de nombreuses disciplines. Et pour ne pas endormir le public avec des dissertations ennuyeuses, il choisit une formule efficace : faire intervenir un doctorant de plusieurs disciplines lors d’un exposé d’une demi-heure. Ainsi, nous découvrirons comment la cosmologie, la littérature, la biologie ou encore l’histoire sont marqués par ce lien étroit de la vie et du temps. Se côtoieront donc des théories comme la relativité, la conscience appliquée à l’enfant, la cancérogenèse mais aussi de l’esthétique avec  » la couleur jaune à travers les siècles « . Le programme est alléchant et sa diversité le gage que chacun y trouvera un intérêt. Mais Jean Yves ne s’arrête pas là. Il demande tout simplement à Pierre Gilles de Gennes de participer. C’est vrai qu’un prix Nobel ça donne du cachet ! Les mails s’échangent et monsieur De Gennes adhère rapidement au projet. Il parlera de la mémoire et des interfaces homme/machines. Rappelons que l’organisateur est un philosophe et il ne peut s’empêcher de demander sa participation à un autre grand nom, mais un philosophe cette fois : Dominique Lecourt, prix Gegner en 2000. Celui-ci accepte volontiers et dissertera de la vie et du progrès… Au cours de cette journée ouverte à tous, des moments de discussions sont prévus pour permettre une interaction forte entre les intervenants et le public. Cette journée est construite autour d’une volonté centrale : la vulgarisation. La diversité des participants l’impose, et tous les thèmes abordés sont traités pour être accessibles et compréhensibles par tous. Sous l’oeil des doctorants, la vie est belle, assurément.

Soyons sociaux
Réagir c'est agir