Agir pour l’image de son quartier

Fiche pratique

Agir pour l’image de son quartier, c’est donner à voir un dynamisme, des atouts, une pluralité qui fait les nuances et la richesse d’une communauté locale. C’est, avec un peu de réussite, engager un cercle vertueux pour transformer en profondeur son potentiel et son avenir.


Ancrer son projet sur le territoire

Pour que vos actions visant à améliorer l’image de son quartier, il n’y a rien de mieux que de totalement l’ancrer sur le territoire. Qu’est-ce que cela signifie ? 

FAIRE UN ÉTAT DES LIEUX DES ACTEUR⋅RICE⋅S DU QUARTIER 

Pour changer l’image d’un quartier, il vaut mieux le connaître de l’intérieur. La première étape consistera logiquement à identifier ses principaux⋅ales acteur⋅rice⋅s, partenaires naturel⋅le⋅s des initiatives que vous voudrez engager. Il peut s’agir des associations territoriales et/ou thématiques, clubs sportifs, enseignant⋅e⋅s dynamiques, élu⋅e⋅s locaux⋅ales, réunion de commerçant⋅e⋅s, bailleur⋅se⋅s sociaux⋅ales, entreprises de transport, etc. Il⋅elle⋅s contribuent tou⋅tes à la vie et à l’image de votre quartier. Ce sont elles⋅eux, leurs stratégies et leurs initiatives qu’il s’agit de cerner et de comprendre pour agir intelligemment, avant de se tourner aussi vers des appuis extérieurs. L’établissement préalable d’un diagnostic sera nécessaire pour placer judicieusement votre action dans un environnement préexistant. 

COOPÉRER AVEC CES ACTEUR⋅RICE⋅S

Faire appel à ces différent⋅e⋅s acteur⋅rice⋅s est presque un passage obligé. En effet, cela vous permettra de vous appuyer sur leurs actions, leurs moyens et éventuellement trouver des partenaires ayant des objectifs similaires aux vôtres et agir ensemble. À l’inverse, cela vous permettra également de savoir quels sont les acteur⋅rice⋅s avec qui il sera difficile de coopérer. 

MOBILISER LES HABITANT⋅E⋅S DU QUARTIER 

Enfin, pour agir pour l’image de votre quartier, rien de tel que de mobiliser les habitant⋅e⋅s du quartier. En effet, ce sont elles⋅eux qui connaissent le quartier, qui connaissent les autres habitant⋅e⋅s, les problématiques du quartier, etc. De plus, étant les premières personnes concernées, ce seront celles qui seront le plus enclines à se mobiliser à agir bénévolement car elles seront bénéficiaires de ces actions. 


Agir dans le quartier

Cette fiche n’a pas vocation à être exhaustive car une multitude d’actions pour agir dans votre quartier existe. On vous propose ici quelques exemples à titre illustratif, mais il vous reviendra d’adapter ou de créer en fonction de vos envies, capacités, besoins, etc. 

UN JEU DE PISTE

Changer la représentation d’un quartier, c’est d’abord faire connaître ses atouts humains, culturels et patrimoniaux à ses habitant⋅e⋅s. Favoriser les déambulations de chacun⋅e autour d’un jeu de piste ou d’une activité culturelle, par exemple autour de la photo peut être un bon moyen de changer le regard sur le quartier. Montrer la beauté là où elle n’est pas évidente. Donner rendez-vous dans un lieu original, dérangeant, voire saugrenu, pour une activité sportive, un spectacle, une rencontre.

DE LA MUSIQUE 

On pourra passer par la musique ou la danse, par des pratiques artistiques qui favorisent l’affirmation de soi. Attention toutefois à éviter de s’enfermer dans une seule culture. En osant les mélanges des genres et le décloisonnement, en inventant des modalités d’explication des styles, on brasse les publics et on encourage le dialogue.

DE LA DANSE 

Vous pouvez aussi organiser des spectacles de danse hors les murs si jamais c’est une pratique importante qui compte dans le quartier. Valoriser les cultures et les styles de danse est aussi un moyen de valoriser les différents savoirs et la richesse du quartier. 

DES ACTIONS DE SOLIDARITÉ

Enfin, vous pouvez organiser toutes les actions de solidarité que vous souhaitez nécessaires, et susceptible de valoriser celle-ci au sein de votre quartier. Vous pouvez penser par exemple : aux banques alimentaires, de la récup’ alimentaire telle qu’une disco soupe ou encore créer un jardin partagé ou une AMAP


Les médias et l'image des quartiers

Les initiatives locales sont essentielles, mais il est impossible de négliger l’impact du jeu médiatique. Images chocs d’un quartier populaire au journal télévisé, voitures incendiées et tags sur les murs : autant de clichés qui plaquent sur un quartier et ses habitant⋅e⋅s une image dont il est ensuite difficile de se départir. Parmi les journalistes qui “fabriquent l’information”, celles⋅ceux n’étant pas issu⋅e⋅s des quartiers populaires risquent de diffuser leurs propres stéréotypes. Ainsi, une fois que vous avez préparé vos actions, l’idéal est que ces initiatives soient relayées dans les médias pour changer l’image de votre quartier. 

APPRENDRE À PARLER À LA PRESSE 

C’est une simple question de rapport de forces et de poids face aux médias. Lorsque ces derniers se précipitent après un incident dans un quartier, il faut parfois savoir refuser une interview, même si l’occasion est séduisante. En effet, vous aurez beau donner une interview nuancée d’une heure, celle-ci sera nécessairement coupée et réduite à une ou deux minutes et le contenu de vos propos également. 

CHOISIR SON TERRAIN 

Le mieux est d’abord de dialoguer et de choisir son terrain. Expliquer la situation en refusant le cadre imposé, c’est prévenir le plus grand nombre des pièges médiatiques. Dialoguer avec le⋅la journaliste sans entrer dans les dérives de son jeu, l’inviter à revenir lorsqu’il n’y aura pas de tensions, pour les inviter à mieux comprendre la vie quotidienne de votre quartier. Si le reportage ne convient pas malgré les précautions prises mais que la relation n’a pas été mauvaise avec le⋅la journaliste, il est judicieux de ne pas s’énerver, ni couper les ponts avec lui⋅elle. 

MANIFESTER

Si en revanche la malhonnêteté vous paraît avérée, porter plainte pour diffamation est un recours. On se rappelle ainsi de précédents ayant fait scandale à la télévision : reportages inventés, images truquées, barbes rajoutées aux intervenants…

Vous pouvez aussi envisager de protester par le biais de manifestations, lobbying, pétitions avec signatures de tout un quartier : les moyens existent et sont nombreux. Une pétition pourra être envoyée à la rédaction du journal… mais aussi à son concurrent ! Ce dernier peut tout à fait en faire un papier.


Créer ses propres médias

Si vous avez essayer de coopérer avec les médias et que les résultats n’ont pas été ceux auxquels vous vous attendiez, une autre solution est possible : créer vos propres médias. 

OSER SE LANCER

Si se lancer dans l’aventure immédiate de faire paraître son journal en kiosque est risqué, on ne peut que conseiller de débuter à petite échelle. Créer des fanzines, des radios associatives locales permet de s’entraîner. Des médias peu connus sont ainsi d’une qualité remarquable. En presse écrite, nous pouvons citer Fumigène, journal en Normandie. En télévision enfin, citons, Altermédias, qui sont chacune à sa manière une expérience exceptionnelle. 

S’ASSOCIER À DES PROFESSIONNEL·LE·S

Un certain nombre des membres de l’équipe peuvent être journalistes de formation, mais pas forcément tou⋅te⋅s. Vous gagnerez en effet à jouer sur les synergies, à laisser s’exprimer des non-journalistes et laisser la possibilité aux un⋅e⋅s et aux autres de sortir de leurs habitudes. Par ailleurs, certain⋅e⋅s en feront peut-être leur métier, intégrant de grandes rédactions nationales. De là aussi, ils pourront à leur manière changer l’image du quartier. 

VALORISER SON QUARTIER 

Agir sur l’image de son quartier, c’est aussi parler des initiatives qu’on ne voit pas d’habitude : associations de proximité : d’aides aux élèves en difficulté, d’insertion professionnelle, d’apprentissage du français, etc. Faire des portraits des habitant⋅e⋅s dont les parcours de vie sont riches, par exemple parce qu’il⋅elle⋅s ont vécu dans des pays divers, qu’il⋅elle⋅s ont traversé des épreuves. Cela peut aussi être des portraits de personnes qui ont fait aboutir des projets au niveau local ou à l’étranger, etc. Tout cela constitue une autre façon de les valoriser. 

VALORISER LA JEUNESSE

Au-delà de l’image du quartier, en tant que jeunes étudiant⋅e⋅s, vous pouvez aussi avoir envie de redonner une image positive de la jeunesse. En effet, parfois stigmatisée, notamment la jeunesse des quartiers, vous pouvez agir pour la valoriser en vous inspirant des initiatives suivantes : 

Respect Magazine est un magazine de culture et de société qui parle notamment de la jeunesse urbaine française. Son but : créer des passerelles entre les quartiers populaires et l’ensemble de la société, lutter contre la ghettoïsation et les stéréotypes, mettre en lumière les initiatives qui recréent du lien social, du dynamisme et de la créativité culturelle. Edité par l’association Respect, il est réalisé par des artistes, des acteur⋅rice⋅s sociaux⋅ales et associatif⋅ve⋅s, des étudiant⋅e⋅s et des journalistes. 

La Zone d’Expression Prioritaire est un magazine constitué de  journalistes et de jeunes issu⋅e⋅s de tous les territoires, notamment des quartiers populaires, pour qu’il⋅elle⋅s se racontent, qu’il⋅elle⋅s partagent leurs expériences sur des sujets dont il⋅elle⋅s sont acteur⋅rice⋅s ou témoins, qu’il⋅elle⋅s partagent leurs regards sur la société et qu’il⋅elle⋅s renforcent leurs pratiques médiatiques et leur esprit critique.

Ainsi les choses ne sont pas figées, vous aussi vous pouvez être acteur⋅rice⋅s et revaloriser l’image de votre quartier ou de la jeunesse. 


eget vel, risus diam leo dapibus porta. ipsum