Initier à la programmation informatique

Fiche pratique

Programmer, c’est écrire du code informatique afin de créer des programmes qui tourneront sur nos ordinateurs et nos smartphones. La programmation peut servir à créer des applications, des sites web ou encore des jeux vidéos.

C’est aujourd’hui une compétence utilisée dans de nombreux métiers, ce qui en fait un facteur d’insertion professionnelle. Au delà de ça, de nombreux objets de notre quotidien fonctionnent grâce à l’informatique et comprendre comment fonctionnent ces objets permet de mieux appréhender le fonctionnement de notre société.

C’est pourquoi des associations mettent en place des actions afin de former leur public à la programmation.

Comment monter ce type d’atelier quand on n’est pas un pro de l’informatique ? Comment mobiliser autour de cet atelier ? On vous explique la marche à suivre ici, vous verrez, un peu d’huile de coude et de méthode suffiront !


Choisir son public


Les ateliers d’initiation à la programmation s’adressent souvent aux enfants mais toute sorte de publics peuvent être formés sur cette thématique.

Est-ce que vous souhaitez vous adresser aux étudiant.e.s ? Aux seniors ? Ou bien à un public défavorisé ?

Quelque soit le public visé, demandez-vous quelles sont les compétences qu’ils ou elles pourront réutiliser dans leur vie quotidienne ou professionnelle. En effet, si votre but est de rendre l’informatique plus accessible, il faut que les participant.e.s puissent saisir l’intérêt de ce qu’ils et elles apprennent. Choisissez notamment des logiciels qu’ils et elles pourront facilement installer chez eux.

Il faudra également vous demander vers où vous souhaitez amener ce public. Le but est-il simplement de leur faire acquérir quelques notions de base en informatique ou bien voulez-vous les former afin qu’ils puissent acquérir des compétences professionnelles dans ce domaine ?

Trouver un lieu


Afin d’organiser ce type d’ateliers, il est généralement nécessaire d’avoir une salle équipée d’ordinateurs. De cette manière, vous pourrez proposer aux participants de réaliser des exercices pratiques. Votre atelier en sera d’autant plus interactif et donc efficace.

Vous pouvez tenter de vous rapprocher de votre université, qui possède probablement des salles informatiques. Certaines universités mettent même en place des espaces dédiés à la formation aux usages du numérique et peuvent les mettre à disposition si vous leur présentez votre projet.

Une autre possibilité est de contacter les médiathèques de votre ville. La plupart possèdent des ordinateurs de nos jours et cela pourrait les intéresser de former leurs publics à la programmation.

Enfin vous pouvez regarder si votre ville possède des tiers-lieux numériques (fab-labs, espaces de coworking, hackerspace), ces lieux ont souvent des ordinateurs à disposition et peuvent prêter ou louer leur espace à des associations.

Ça peut vous paraître évident mais pensez à tester le matériel et la connexion internet en avance et assurez vous que les logiciels dont vous aurez besoin sont présents sur les machines ou peuvent être installés. Il n’y a rien de plus frustrant pour les participant.e.s que de perdre 30 minutes en début d’atelier à cause d’un souci technique, et ce type de souci arrive toujours au mauvais moment !

Recruter des intervenants


Même s’il est possible que vous ayez déjà des formateur.rice.s dans votre équipe, il est probable que vous ayez besoin de recruter des intervenant.e.s à l’extérieur de votre association, surtout si les thématiques abordées sont diverses.

Vous n’êtes pas obligés de vous limiter à des développeur.euse.s, la création d’un programme ou d’un site web mobilise également des designers, des chef.fe.s de projet ou des référenceur.euse.s par exemple. Ces profils peuvent également transmettre des compétences à vos apprenant.e.s.

Comment trouver la perle rare ? N’hésitez pas à vous tourner vers les étudiant.e.s qui suivent des filières en rapport avec les thématiques que vous souhaitez aborder (informatique, communication web, etc.). Ils ou elles ont des compétences à partager et certains seront ravis d’intervenir bénévolement lors de vos ateliers.

De la même manière, vous avez tout intérêt à vous constituer un réseau de professionnel.le.s du domaine que vous pourrez mobiliser ponctuellement sur vos formations.

Attention tout de même, ils et elles acceptent généralement d’intervenir bénévolement lorsqu’il s’agit de séances ponctuelles mais pour des séances régulières il faudra peut être envisager une rémunération.

Pour finir, certain.e.s enseignant.e.s acceptent d’intervenir sur ce type d’ateliers, notamment si le format est différent de ce qu’ils font en cours et leur permet de toucher un public différent.

Construire le parcours de formation


Avant de vous lancer, il vous faudra avoir défini votre parcours de formation, c’est à dire le contenu des différents ateliers que vous allez mettre en place.

Pour cela vous allez devoir faire plusieurs choix :

La durée des ateliers

  • Des ateliers courts (2h par exemple) permettent à un maximum de personnes de se libérer pour y participer (surtout s’ils ont lieu le midi ou en soirée).
  • Des ateliers longs (une journée ou une demi-journée) permettent de mieux approfondir les notions abordées et de faire des exercices pratiques individuels ou en petits groupes.

 

Les pré-requis

Les pré-requis en terme de compétences en programmation doivent être énoncés clairement afin d’éviter toute frustration et incompréhension. En effet, comme dans tout autre domaine, il est possible de réaliser des ateliers de tous niveaux :

  • Un programme de formation intégralement ouvert aux débutant.e.s vous permettra de toucher le plus large public.
  • Des ateliers d’une difficulté plus avancée sont envisageables, à condition de bien indiquer les pré-requis sur les formations suivies ou les logiciels maîtrisés par exemple, afin d’éviter que des personnes s’inscrivent et n’arrivent pas à suivre le contenu de l’atelier.
  • Un système de niveaux (HTML niveau 1, HTML niveau 2, etc.) vous permettra d’accompagner la montée en compétences des participant.e.s sur plusieurs séances. Cela peut notamment être l’occasion de reprendre le même programme et de l’améliorer à chaque séance.
    Ce format permet également aux participants réguliers de pratiquer chez eux entre chaque séance et de venir avec de nouvelles questions.

 

Les thématiques abordées

  • Vous pouvez décider de vous concentrer sur un langage de programmation ou un métier en particulier (l’intégration web, la programmation en Perl, etc.). Si votre public cherche à se professionnaliser, il sera à la recherche de compétences techniques directement applicables.
  • Il peut aussi être motivant pour vos participants de voir avec eux toutes les étapes de la création d’un programme ou d’un site web afin d’aborder un ensemble de compétences complémentaires (programmation, design, ergonomie, etc.).
  • Mais il peut également être intéressant d’aborder des enjeux plus larges liés à l’informatique (droit d’auteur, protection des données, etc.) afin d’élargir la culture numérique des participant.e.s.

 

Pour construire votre parcours de formation, vous pouvez vous baser sur des ressources existantes. Citons notamment D-clics numériques qui propose 7 parcours éducatifs clés en main (correspondant à 70 heures d’activités, avec un focus sur les enfants et les jeunes de 7 à 14 ans) autour de la programmation, de la robotique, de la vidéo et la photo numérique ou encore des usages sociaux d’internet.

Le programme Voyageurs du code propose également de nombreuses ressources, comme des fiches pratiques pour identifier son public ou les lieux ressources de sa région, ou encore des trames d’ateliers réutilisables.

Ressources