Agir pour l’égalité des chances grâce au tutorat

Fiche pratique

Sensibilisé⋅e⋅s au discours sur l’égalité des chances, vous souhaitez le transformer en actes et avez aujourd’hui envie d’agir auprès de jeunes issu⋅e⋅s de milieux moins favorisés, notamment en termes de classe sociale ? Entre soutien scolaire et parrainage, le tutorat vous permet de suivre un⋅e ou plusieurs jeunes à partir du collège ou du lycée et vous donne la possibilité de les accompagner pour les aider à réussir leur études, leur orientation et leur insertion professionnelle. Voici quelques conseils pour agir pour l’égalité des chances grâce au tutorat.

Quelques rappels

Rappelons que le tutorat n’est pas du simple soutien scolaire, c’est aussi un accompagnement global d’un⋅e jeune tout au long de ses études. Cela inclut de l’aide pour les études mais aussi pour l’orientation et l’insertion professionnelle. En effet, plus que le seul soutien scolaire, le tutorat permet un suivi régulier de l’élève. Le⋅la tuteur⋅rice peut ainsi répondre aux questions que peuvent se poser l’élève en termes d’orientation et d’insertion professionnelle tout au long de sa scolarité. Le⋅la tuteur⋅rice peut alors l’aider à choisir son orientation, à monter les différents dossiers parfois complexes pour s’inscrire dans les établissements de formations (et notamment les universités), à le⋅la préparer à suivre des études supérieures en expliquant le fonctionnement des cours à la fac par exemple. Les tuteur⋅rice⋅s peuvent également amener les élèves à prendre conscience de leurs forces, à les développer, les valoriser et donc à leur donner confiance en elles⋅eux. 


Rejoindre une association

LA NÉCESSITÉ D’AVOIR UN AGRÉMENT

En ce qui concerne les intervention dans des établissement scolaires, il y a lieu de distinguer les interventions ponctuelles et les participations bénévoles de l’intervention de collectivités publiques ou d’associations. Si vous agissez en tant qu’association vous devez donc obtenir une habilitation de l’Education Nationale, qui établit ensuite la liste des associations habilitées à intervenir dans les établissements scolaires. De plus, lorsqu’il s’agit d’une intervention régulière dans le cadre scolaire, une convention d’une durée d’un an, doit être signée et l’action doit s’intégrer et compléter les enseignements dispensés. Si votre association souhaite proposer du tutorat, vous devrez donc obtenir un agrément de l’Éducation Nationale. Celui-ci pouvant être long et complexe à obtenir, notamment du fait que de nombreuses associations agissent déjà en ce sens, vous pouvez, pour vous faciliter la tâche, décider de rejoindre une association. 

TROUVER UNE ASSOCIATION

De nombreuses associations interviennent déjà en milieu scolaire pour mener des actions de tutorat. On peut notamment penser à l’AFEV, ZUPdeCO, Article 1,  Association PARTAGE et l’Association Tremplin. Ces associations agissent depuis longtemps en faveur de la réussite scolaire et l’égalité des chances. Organisées en réseau, elles sont présentes dans de nombreux endroits. C’est pourquoi, il vous sera plus facile de faire tutorat si vous les rejoignez, elles-mêmes ayant besoin de tuteur⋅rice⋅s. Vous pouvez aussi chercher des associations plus locales comme École Ici et Maintenant située à Grenoble. 


Établir un programme

Notez qu’il existe autant de formes de tutorat que d’associations qui mettent en œuvre du tutorat. Les choses ne sont donc pas figées. On vous donne ici quelques idées d’actions qui peuvent éventuellement vous inspirer et qu’il vous faudra définir en fonction de vos compétences et des besoins exprimés par vos élèves.

LE SOUTIEN SCOLAIRE RENFORCÉ

Plus que du simple soutien scolaire, le soutien scolaire renforcé vous permettra d’approfondir les connaissances de vos élèves dans certaines matières. Vous leur donnerez ainsi la possibilité d’aller plus loin sur certaines notions et au-delà de ce qui doit être fait dans le cadre du programme scolaire classique.

L’association Tremplin propose par exemple des séances d’approfondissement scientifique, durant lesquels les élèves sont amené⋅e⋅s à résoudre des problèmes scientifiques, qui stimulent leur réflexion et les font aller au-delà du programme traité en cours.

LE TRAVAIL DES LANGUES

Proposez à vos élèves de regarder des séries ou des films en anglais, pour lesquels vous choisirez, ou non, de mettre les sous-titres. Montrez leur de petits passages et demandez leur ensuite de vous résumer ce qu’il⋅elle⋅s ont vu. Préparez également un petit lexique, qui leur permettra d’enrichir leur vocabulaire.

S’EXERCER AUX DÉBATS

Vous pouvez organiser des débats sur des questions d’actualité. À partir d’un quizz portant sur l’actualité récente, susciter des questions, des réactions et encourager vos élèves à discuter entre eux⋅elles. Grâce à un débat bien mené et des échanges pertinents, vous les amènerez à travailler leur argumentation et agirez également sur leurs préjugés.

ORGANISER DES SORTIES CULTURELLES

Vous pouvez aussi envisager des sorties culturelles dans des théâtres, salles de concert, et autres lieux habituellement assez onéreux. L’idée est de leur donner accès à des lieux qu’il⋅elle⋅s n’osent pas fréquenter mais surtout de leur permettre de développer un point de vue critique. Elles peuvent être le prétexte pour permettre aux élèves d’exprimer leur point de vue et d’argumenter sur ce qu’il⋅elle⋅s ont vu, que cela leur ait plu ou non. 

Attention cependant lorsque vous emmenez vos élèves en sortie en dehors des heures de cours, pensez à prendre une assurance spécifique et à obtenir une autorisation des parents.

Il existe de nombreuses autres activités possibles que vous pouvez retrouver sur le site de l’association PARTAGE (Parrains et Tuteurs Actifs des Grandes Écoles), et qui propose des ressources pour vous aider, ici.


Préparer les séances de tutorat

L’important dans le tutorat est d’essayer d’avoir un rythme régulier au moins au début avec des séances de 2h une fois par semaine ou toutes les deux semaines et faites des groupes de 15 élèves maximum, afin de pouvoir faciliter les échanges. Enfin, dans la mesure du possible, travaillez en binôme. Cela permettra de mieux vous répartir les tâches et ainsi de mieux suivre vos élèves, mais également d’être assuré⋅e⋅s qu’au moins l’un⋅e d’entre vous puisse assurer la séance en cas d’absence.

Une séance se prépare un minimum en amont. Une rencontre avec les professeur⋅e⋅s juste avant est une bonne occasion pour prendre la température, cerner les difficultés des élèves et leurs questions. Souvent, si le contact est bien établi, cela permet aussi d’avoir un retour sur la séance précédente, toujours utile pour juger des attentes des élèves. En effet, il est important d’apprendre à connaître vos élèves pour ne pas risquer de passer à côté de quelque chose. Il faut par exemple bien connaître leur niveau scolaire pour ne pas risquer de leur apprendre des choses trop difficiles ou inadaptées. Pour cela, discutez avec eux⋅elles et tenez compte de leurs attentes. Enfin, même si la tentation est forte, essayez de ne pas développer une relation trop amicale pour maintenir votre autorité. À l’inverse, ne vous mettez pas dans la peau d’un⋅e professeur⋅e, ce n’est pas votre rôle. Vous devrez donc composer un savant mélange entre ces deux extrêmes.


Agir pour l'orientation

Le tutorat c’est aussi de l’accompagnement à l’orientation. En complément de toutes les actions menées par l’Éducation Nationale au cours de leur scolarité, vous pourrez répondre à leurs questions et partager votre expérience. En effet, il⋅elle⋅s n’hésiteront pas à vous demander des informations sur votre parcours et votre filière d’études. Il faudra donc les tenir au courant des différentes possibilités qui peuvent s’ouvrir à elles⋅eux tout en les incitant à multiplier leurs sources d’information : conseiller⋅ère⋅s d’orientation, ancien⋅nes élèves, etc. 

Vous pouvez également les encourager à se rendre au Salon de l’Étudiant. Proposez même de les accompagner, il⋅elle⋅s se sentiront plus en confiance et oseront plus facilement aller poser des questions sur les différents stands.

Enfin, l’association PARTAGE, leur propose d’organiser avec elles⋅eux un mini-stage d’une journée ou d’une demi-journée, pendant laquelle il⋅elle⋅s iraient suivre un⋅e professionnel⋅le dans son quotidien, vous pouvez faire de même. 

Et pour aller plus loin sur les questions d’orientation, vous pouvez consulter la fiche suivante.  


Pour aller plus loin


Vous pouvez ainsi décider de rester disponibles pour vos élèves durant leurs études supérieures. Ce type de suivi pourra en revanche être beaucoup plus souple qu’au lycée et, là encore, pourra se présenter sous différentes formes, plus ou moins contraignantes en fonction du type de soutien que vous proposerez :

– un soutien moral et psychologique : pour cela, vous aurez à rester disponibles et joignables, à appeler vos élèves régulièrement pour prendre des nouvelles et surtout les remotiver et les encourager.

– un soutien méthodologique et scolaire : il se fera sous forme d’une permanence, qui a une organisation plus souple que le tutorat. Les tuteur⋅rice⋅s peuvent varier selon la séance et sont là uniquement pour répondre aux questions, aider à résoudre les points de blocage sur les exercices et rassurer les élèves, souvent confronté⋅e⋅s à un rythme de travail important.

– un soutien pratique : vous pourrez aider vos élèves dans leurs recherches de stage, l’élaboration de leur CV, ou lettres de motivation…

Dans tous les cas, nous ne pouvons que vous recommander, avant de vous lancer, de prendre contact avec les associations qui font déjà du tutorat et du parrainage/marrainage, et qui pourront donc vous conseiller et partager avec vous leurs belles expériences. Car, on n’en doute pas, cette expérience ne peut que vous enrichir !


Donec tristique Praesent vel, nunc at