Concevoir et réaliser une action d’éducation à la paix

Fiche pratique

Aborder le thème de la paix sur les campus universitaires de l’Hexagone peut paraître à première vue une initiative déphasée du quotidien des étudiants. Dans la kyrielle des engagements étudiants, il n’est pas courant de rencontrer des croisés de la paix… Mais est-ce à dire pour autant que les étudiants demandent, sur ce sujet comme sur d’autres, qu’on leur fiche la paix ?

À l’analyse de leurs multiples activités et au regard du vaste champ que couvre l’éducation à la culture de paix, on constatera bien vite que les étudiants sont comme le bourgeois gentilhomme de Molière, qui fait de la prose sans le savoir : ils font œuvre de paix au quotidien sans toujours en avoir une claire conscience. Ce qui réduit d’autant la portée de leurs nombreuses contributions pour l’avènement d’un monde plus apaisé…

D’où l’intérêt, après les fêtes de fin d’année où votre frère se réconcilie avec son cousin hostile et fait part de sa liste de bonnes résolutions, d’une fiche pratique pour aider à concevoir et réaliser une action de promotion de la culture de la paix autour d’objectifs clairement ciblés.

1. La paix ? oui ! mais pas à n'importe quelle condition

Longtemps resté une préoccupation institutionnelle le thème de la paix est devenu, notamment depuis le célèbre Appel des Prix Nobel de la Paix en 1997, une question sociétale cardinale et se trouve aujourd’hui au cœur des mobilisations citoyennes au plan mondial, notamment sous l’égide de l’UNESCO chargée par les Nations Unies à l’orée du 21è siècle de piloter et coordonner la “Décennie Internationale de promotion d’une Culture de la non violence et de la paix, au profit des enfants du Monde”.

Contexte

Comment s’impliquer, à partir de son campus, dans cette formidable dynamique mondiale ? Le premier écueil à éviter, et cette tentation est toujours forte, est de vouloir surfer sur la dernière action à la mode, de vouloir plaquer dans son environnement universitaire une action en faveur de la paix dont tous les médias parlent et qu’on croit, de ce fait, facilement reproductible. Pour aborder la paix il est nécessaire et indispensable de la contextualiser. En fonction de l’ambiance d’ensemble, des habitudes intellectuelles de votre campus telle action sera plus facile à monter que telle autre. Un exemple ? Traiter de la laïcité (un beau sujet sur la paix !) dans un campus universitaire français sera plus aisé que sur un campus irlandais ou afghan.

Il est donc important en premier lieu de bien prendre le pouls de votre campus et plus globalement de l’environnement social ambiant . Cela peut aider à trouver la bonne idée qui colle bien à votre réalité et qui est susceptible de mieux traduire votre intention. Cette précaution d’usage n’interdit pas, bien au contraire, d’aller à la pêche des idées, en plongeant par exemple dans le riche vivier des chantiers de la cinquantaine d’associations qui compose à ce jour la Coordination Française de la Décennie de la promotion d’une culture de la non violence et de la paix.


2. Parler de la paix en la faisant

Trouver l’idée géniale est un moment clé de la démarche mais qui ne prémunit pas de facto contre tout échec. L’erreur la plus classique consiste à monter toute l’activité tout seul dans son coin et ne penser aux autres (institutions, associations, etc) qu’au moment où se pose la récurrente question des moyens (financiers, matériels et humains) pour sa réalisation. Il serait vraiment incongru et improductif, s’agissant d’une action d’éducation à la paix, de procéder de la sorte. Le conseil stratégique à retenir est que le meilleur procédé d’un promoteur averti de la paix, c’est de lier son acte à sa parole. Une fois l’idée ciblée, vous serez bien inspirés d’initier le maximum de contacts pour avoir le maximum de personnes (les adhérents et les nombreux sympathisants de votre association ne demandent qu’à s’impliquer utilement !) pour co-élaborer le projet. Quoi de plus crédible qu’une action d’éducation à la paix dont la conception est portée par plusieurs personnes, voire plusieurs associations.

Coopérer

Préparer une action sur la paix en favorisant un esprit de coopération : voilà toute l’intelligence de la démarche à acquérir. Les associations étudiantes, parce qu’elles savent à travers leurs multiples actions mettre en œuvre les partenariats les plus divers sur leurs campus, font au quotidien œuvre de paix. Car partout où on apprend à réfléchir, à agir, à construire ensemble on bâtit la culture de la paix, et ce faisant, on apprend à prévenir et gérer les conflits sans se faire forcément la guerre. “Partout où on agit ensemble pour la culture, on lutte contre la guerre “.

Agir avec d’autres pour concevoir votre action est donc indispensable. Cette démarche essentielle étant adoptée, il reste à penser à tous les petits détails qui peuvent renforcer la perspicacité de l’action. Par exemple, le choix de la date et du lieu de votre activité mérite une attention particulière. Il est évident que certaines dates et certains lieux sont particulièrement symboliques (donc plus expressives et médiatiques) quand il s’agit d’aborder le thème de la paix, de même que la présence de certaines figures locales , nationales ou internationales à votre manifestation. Bref, à vous de construire votre activité de sorte à en faire, tant dans la forme que dans le contenu, un havre de paix, un moment fort qui donne envie à chaque participant de parler autour de lui de votre magnifique et pacifique initiative !


3. Pour aller plus loin : agir pour la paix

Porté par les ailes que ne manquera de vous procurer ce premier succès sur votre campus, vous voilà transporté dans le rêve de vouloir sortir de votre univers quotidien pour aller toucher de plus près la réalité de l’absence criarde de paix de par le Monde. Comme de nombreux téléspectateurs qui ne se résignent pas à ne savoir de la guerre que les images qu’en véhiculent leur petite lucarne, vous voilà soudain saisis par l’envie d’aller voir comment çà se passe au Sri Lanka, en Irlande du Nord, en Palestine, au Congo, etc.

Quoi de plus noble que d’être animé par cette volonté de pacificateur ? Mais attention à ne pas vous embarquer dans une mission impossible, sans lendemain, et dans certains cas, sans retour ! Il est toujours préférable de chercher des terrains d’action aux risques calculés ou tout au moins prévisibles.

Une initiative originale peut consister à s’investir, même très modestement, dans une des nombreuses actions des ONG françaises qui se mobilisent autour des projets du genre “retrouver les chemins de l’école pour reconstruire la paix”. Des conseils et des propositions concrètes de partenariats foisonnent dans ce champ d’actions éducatives où il est question d’aider les trop nombreux enfants soldats à redevenir tout simplement des enfants, qui vivent et grandissent comme tous les enfants du monde. Ces enfants soldats sont encore légion en Sierra Léone, au Libéria, en Côte d’Ivoire, aux deux Congo , en Tchétchénie, etc. Votre envie de contribuer à la promotion de la culture de la paix trouvera dans ces lointaines contrées un débouché citoyen passionnant et très formateur !


Contacts

Associations étudiantes mobilisées autour des questions de paix 

  • L’école de la Paix : Ecole de la Paix 7 rue Très Cloîtres 38000 GRENOBLE 04 76 63 81 41 ecole@ecoledelapaix.org http://www.ecoledelapaix.org
  • Guernica : Association pour la démocratie et la paix en ex-Yougoslavie co/ Mix’ Art Myrys, atelier 226 33 rue de Metz 31000 Toulouse Midi-Pyrénées France guernica.adpe@no-log.org http://guernica.adpe.free.fr
  • Plateforme pour la paix, La paix maintenant 10 rue Saint Claude 75003 Paris said@lapaixmaintenant.org plateformepaix@yahoo.fr

Associations, organismes internationaux mobilisés pour la paix 

– www.cooperation.net/emergence21
– www.nonviolence21.com
– www.nonviolence-actualite.org
– www.decennie.org