Organiser un atelier artistique

Fiche pratique

Envie de découvrir et de faire découvrir une discipline artistique en groupe, de réaliser un projet artistique et social ou encore besoin d’une structure souple pour créer librement ? L’atelier artistique est un format qui s’adapte à de nombreuses situations. De la pratique amateure de la poterie, en passant par les ateliers de réinsertion sociale par le théâtre ou l’initiation à la pratique du conte improvisé, les possibilités sont nombreuses. 


L'identification du projet

Les types d’ateliers artistiques que vous pouvez monter sont très divers. Du fait de cette diversité, il y aura des éléments distinctifs à prendre en compte lors de leur organisation. Toutefois, on verra qu’il y a aussi des éléments communs qu’on va tenter de vous décrire dans cette fiche. C’est pourquoi, il est important de bien identifier votre projet d’atelier. Cela vous permettra de repérer au mieux les besoins et les conditions pour le bon fonctionnement de votre projet. De plus, cela permettra aux participant⋅e⋅s de savoir dans quoi il⋅elle⋅s s’engagent.

LA NATURE DU PROJET 

Réfléchissez ainsi à la nature artistique du projet : orienté exclusivement sur le dessin, l’écriture, la musique, la vidéo, ou bien est-il pluridisciplinaire ? 

De plus, s’agira-t-il d’un atelier de formation ou d’un atelier de création ? Il ne s’agit pas de vous restreindre : on peut créer dans un atelier de formation et on apprend beaucoup dans un atelier de création. Il faut toutefois bien identifier ce que propose l’atelier, et ce que l’on attend des personnes qui en feront partie.

Du point de vue du public, ces deux types d’ateliers sont totalement différents : on ne mobilise pas les mêmes ressources lorsque l’on doit créer et lorsque l’on doit apprendre. Ce ne seront probablement pas les mêmes publics visés et qui viendront aux ateliers : d’un côté des personnes déjà initiées qui veulent aller plus loin et d’un autre côté des personnes totalement novices qui veulent apprendre. Si vous décidez d’allier les deux il faudra organiser votre atelier de façon à le rendre accessible et intéressant aux deux publics. 

LE FORMAT DU PROJET 

Il vous faut enfin décider du format : l’atelier se déroule-t-il en une séance ? Ou bien en plusieurs séances, constituant ainsi un cycle d’ateliers ? Combien de temps durera/dureront la/les séance/s ? Sur quelle durée s’étendront les ateliers s’il y en a plusieurs ?

Enfin, tâchez de bien évaluer le travail nécessaire à la réalisation de votre objectif : proposer un planning du projet vous permettra d’en annoncer la teneur.

LES OBJECTIFS DE L’ATELIER 

Il vous faudra également définir l’objectif de l’atelier : se limite-t-il à l’apprentissage/l’expression artistique ? Ou bien souhaitez vous proposer à la fin des ateliers une restitution ? 

Encore une fois, soyez bien au clair sur ce point, en particulier en ce qui concerne les échéances, les disponibilités et l’investissement personnel nécessaire à la réalisation de votre objectif. En effet, en fonction de l’investissement et du temps demandés certaines personnes pourront participer et s’engager et d’autres non. Mieux vaut dans ce cas, qu’elles le sachent dès le début, et vous aussi, afin d’éviter des départs avant la fin de l’atelier. Par exemple, s’il s’agit d’une représentation théâtrale par exemple, le mieux est d’en informer à l’avance le lieu et la date du spectacle, pour éviter d’éventuelles déconvenues (périodes de stages obligatoires, d’examens, etc). Il peut aussi arriver que cette variable soit un élément déterminant pour les participant⋅e⋅s : tout le monde n’a pas nécessairement envie de monter sur scène. 


Les personnes actrices

L'(LES) INTERVENANT⋅E⋅(S)

Le choix d’un⋅e intervenant⋅e de bon niveau, amateur⋅rice ou professionnel⋅le en devenir conscient⋅e de ses responsabilités face au public concerné, reste l’atout premier pour la réalisation d’un atelier de qualité. En effet, moins que la performance artistique, ce qui compte surtout est leur envie de transmettre et d’animer des ateliers avec d’autres personnes pour apprendre mutuellement des un⋅e⋅s des autres. Gardez cela en tête lorsque vous choisirez vos intervenant⋅e⋅s, car être artiste et être professeur le temps d’un atelier sont deux compétences bien différentes. Pour vous aider dans votre choix, vous pouvez vous renseigner ou demander aux artistes/internvenant⋅e⋅s sollicité⋅e⋅s si il⋅elle⋅s ont déjà animé ce type d’ateliers. 

Sachez également qu’il n’est pas nécessaire de faire intervenir une personne très expérimentée ou confirmée, car en pratique, on ne peut enseigner qu’une partie de ce que l’on connaît. Ainsi, si vous souhaitez proposer des initiations, des amateur⋅rice⋅s peuvent très bien correspondre tant qu’il⋅elle⋅s ont le goût d’enseigner. 

LELA RESPONSABLE(S)

L’atelier se déroulera d’autant mieux s’il y a un⋅e ou plusieurs responsables. Partager les rôles en la matière peut s’avérer très positif. Le rôle du⋅de la responsable doit être préalablement identifié. En effet, l’expérience montre qu’il est préférable que cette personne sache être à l’écoute, et puisse jouer le rôle d’intermédiaire entre l’intervenant⋅e et les participant⋅e⋅s. Cette personne doit être en mesure d’écouter les demandes et éventuellement d’adapter ou d’ajuster la progression de l’atelier en fonction des besoins des participant⋅e⋅s. 

LES PARTICIPANT⋅E⋅S

Il convient enfin d’identifier le(s) public(s= que vous souhaitez viser. Réfléchir à la nature du public que l’on souhaite attirer permet principalement de mettre en place un accompagnement adéquat. Vous ne proposerez pas le même suivi, soutien, et ne viserez pas les mêmes objectifs avec des publics amateurs et expérimentés. 

Enfin, il peut être intéressant de se poser la question de la tranche d’âge visée ? Cela vous permettra de vous renseigner sur leurs disponibilités : jours de semaine ou en week-end ? En fin d’après-midi ou le soir ? 



L'organisation de l'atelier

Lors de l’organisation de votre atelier, s’il y a des règles fixées clairement à l’avance cela  permettra d’éviter de nombreux désagréments. En effet, une fois votre projet d’atelier établi, c’est à vous de choisir ses modalités de fonctionnement.

UN LIEU, DES HORAIRES

Monter un atelier artistique, c’est aussi choisir un lieu. Le lieu et les horaires de l’atelier sont à choisir en fonction du projet et du public. On peut toutefois dire qu’en général un lieu et un horaire fixes sont propices à une plus grande assiduité, même dans le cas où la présence n’est pas impérative. 

N’oubliez pas de définir si une présence régulière à l’atelier est importante ou pas. S’il est par exemple difficile pour un ensemble musical de répéter un morceau sans basse, la présence du triangle dans le quotidien des répétitions s’avère peut-être moins cruciale.

DES SPÉCIFICITÉS LIÉES AU DOMAINE ARTISTIQUE

La mise en œuvre d’un atelier repose sur la prise en compte des spécificités du ou des domaines concernés

Chaque type de projet implique ainsi des précautions de nature juridique ou déontologique, par exemple :

  • le respect des droits d’auteur en cas de travail sur un texte, même s’il ne s’agit pas d’auteur⋅rice⋅s professionnel⋅le⋅s ;
  • le respect du droit à l’image et de la protection de la vie privée en particulier dans le cas de productions audiovisuelles, mais aussi d’opérations portant sur la mémoire ;
  • les conditions particulières liées à l’intervention éventuelle d’un⋅e artiste ou d’un⋅e intermittent⋅te du spectacle rémunéré⋅e, etc.

 

Bon à savoir sur le spectacle vivant
Si l’activité habituelle de l’association organisatrice est de monter des spectacles, elle doit généralement être titulaire de la licence d’entrepreneur de spectacles (renseignez-vous pour cela auprès de la DRAC ou de la préfecture dont dépend le siège de l’association). Pour les spectacles occasionnels, l’ordonnance du 13 octobre 1945 permet de bénéficier d’une procédure simplifiée (une simple déclaration préalable à la préfecture, dans la limite de deux représentations par spectacle)

De manière générale, lorsqu’une association produit un spectacle vivant dans le cadre d’un atelier, son⋅sa président⋅e ou le⋅la responsable désigné⋅e par le conseil d’administration doit être en mesure de justifier :

  • soit d’une licence d’entrepreneur de spectacle (activité habituelle) ;
  • soit d’une autorisation expresse du ministre chargé de la culture (spectacles d’essai) ;
  • soit de la copie de la déclaration à la Préfecture pour les spectacles occasionnels.

 


Trouver des partenaires

Dès lors que vous faites appel à des financements extérieurs, publics (ville, région, État) ou privés (entreprises, fondations), la question du partenariat à établir se pose. Ce dernier se construit dès la phase d’élaboration, le plus en amont possible et permet la constitution d’un réseau de confiance autour du projet.

De manière très générale, posez-vous la question de savoir ce que vous pourriez partager avec vos partenaires, puisez si possible dans l’originalité de votre projet et n’hésitez pas à suggérer des formes de coopérations inhabituelles. De votre point de vue et de celui de votre partenaire, gardez à l’esprit qu’il n’y a pas que l’argent qui compte. Pour rédiger un dossier de présentation efficace, consultez la fiche suivante.

Renseignez-vous auprès de chacun⋅e non seulement quant à ses priorités d’action et formes de soutien mais également quant à ses propres procédures, calendriers, contraintes et commissions. Pour vous accompagner dans votre recherche de partenaire, consultez la fiche suivante


Et après l'atelier ?

ÉVALUER L’ATELIER

N’hésitez pas à solliciter, de manière mesurée, les réponses et réactions des membres de l’atelier (intervenant⋅e⋅s, responsables et participant⋅e⋅s) aux indicateurs mis en place pour fonder l’évaluation de votre action. Cette évaluation, trop souvent négligée, doit permettre de mesurer la conformité de l’atelier au projet initial ainsi que son impact. Ces outils (questionnaires, observations, baromètres de fréquentation) mèneront au-delà des données immédiates brutes que sont fréquentation et réactions du public de l’atelier à des données qualitatives sur votre atelier. 

POUR ALLER PLUS LOIN

La structure d’un atelier peut être temporaire ; elle peut aussi être pérenne. Un atelier de création par exemple pourra naturellement se diriger vers une structure plus autonome, plus ambitieuse, une troupe par exemple. Dans ce cas il convient, avant de passer à l’acte, de bien mesurer le changement que cela produira dans la structure du projet : une présence régulière pourra s’avérer souhaitable, les séances pourront devenir plus fréquentes, plus intenses. Bref, avant de faire le pas, assurez-vous que tous les membres de la future troupe sont bien au fait de la situation.


ut id, vel, mattis sed Donec libero