Monter un projet européen

Fiche pratique

Les idées reçues sont nombreuses dès qu’il s’agit d’évoquer les programmes européens. S’il est vrai que rigueur et patience sont des qualités requises, il n’en existe pas moins des dispositifs tout à fait accessibles aux jeunes associatif·ve·s. On vous donne ici quelques astuces pour monter un projet européen. 


Nouer des partenariats européens

DÉFINIR LES OBJECTIFS

Pour commencer, et comme dans tout projet, il peut être intéressant de préciser l’(les) objectif(s) de cet échange européen. S’agit-il d’établir des connexions durables ou bien de mener un projet ponctuel ? Quels contenus, quelles informations vont circuler entre les associations, et sous quelle forme ? Comment ce projet participe de l’objet de chaque organisation impliquée ? Pourquoi choisir tel pays, telle organisation ? Dans quelle(s) langue(s) pouvez-vous communiquer ? Qui sera(ont) votre(s) partenaire(s) ? Comment allez vous les trouver ? Une fois posées ces questions, vous aurez de la matière pour composer un argumentaire. 

De plus, maîtriser l’anglais peut être une bonne base, tant dans les échanges téléphoniques que pour une recherche sur Internet. Préparez vos échanges en élaborant un lexique des termes dont vous pourriez avoir besoin, en fonction du thème de la discussion.

Pour trouver les bons contacts, Internet peut être un premier moyen. des moteurs de recherche et des annuaires téléphoniques afférents à chaque pays, mais aussi en consultant les différents liens que vous pourrez trouver sur les sites des grands réseaux d’associations, vous obtiendrez des portes d’entrée auxquelles frapper pour jeter les bases de partenariats futurs.

QUELQUES NOMS D’ORGANISATIONS 

Le Forum Européen de la Jeunesse (YFJ) rassemble à Bruxelles les Conseils nationaux de jeunesse, des organisations étudiantes et des réseaux thématiques d’ampleur européenne. Il est régulièrement consulté sur toutes les questions européennes concernant les jeunes et les organisations de jeunesse.

L’European Students’ Union, (ESU anciennement dénommé ESIB) réunit les syndicats nationaux étudiants européens. Porte-parole des Unions Nationales auprès de l’UE, du Conseil de l’Europe et de l’ONU, l’ESU organise des séminaires et conférences, gère le flux d’informations relatif à l’enseignement supérieur en Europe et développe des politiques dans les domaines de l’éducation et des affaires sociales.

Le Forum civique européen, est un espace rassemblant une centaine d’associations issues de 23 pays de l’Union, et dont l’objectif est de favoriser le dialogue entre différent⋅e⋅s acteur⋅rice⋅s européen⋅ne⋅s de la société civile travaillant sur les questions de citoyenneté, afin de conduire à une Europe plus accessible et concrète. Ce réseau représente aussi pour vous un vivier de contacts intéressants qui pourront peut-être appuyer le développement de vos projets.

L’association des universités européennes (EUA) rassemble les établissements d’enseignement supérieur européens. La plupart de ces établissements proposent un répertoire des associations étudiantes sur leur campus. 

La Fondation européenne des universités (EUF) est un réseau de 25 universités qui s’établit dans 18 pays du continent européen. Le réseau est un promoteur de la diversité et de l’équité sociale et vise à accélérer la modernisation de l’espace de l’enseignement supérieur Européen.

Certaines filières de l’enseignement supérieur se sont également regroupées, notamment les juristes au sein d’ELSA (Association européenne des étudiants en droit).

Enfin, plusieurs associations ont une dimension européenne, voire internationale : c’est le cas par exemple de l’AIESEC (association proposant aux jeunes de vivre une expérience à l’international). Certains réseaux thématiques se développent également au niveau européen comme par exemple European Youth Press pour les médias jeunes. L’AEGEE (association des états généraux des étudiant⋅e⋅s de l’Europe) a elle été créée pour promouvoir l’idée d’une Europe unifiée. Elle organise des universités d’été, des conférences et des voyages d’étude pour encourager les échanges, l’apprentissage des langues. IxESN (International eXchange Erasmus Student Network), est présente grâce à 450 associations en Europe, accueille et intègre les étudiant⋅e⋅s Erasmus et internationaux⋅ales et s’engage également dans des projets européens de jeunesse.

N’hésitez pas à non plus à élargir vos horizons : si les organisations de jeunes peuvent porter une attention plus grande à vos demandes, les autres associations peuvent aussi être  des partenaires intéressantes et accessibles. Qu’elles soient orientées sur un axe thématique proche du vôtre ou intéressées par les questions de jeunesse, il est toujours enrichissant de bénéficier de leur expertise et de leur réseau.


Les dispositifs de l'Union Européenne

Avant toute chose, essayez d’évaluer la dimension européenne de votre projet : ce dernier doit être situé dans un contexte européen, soit par le thème traité, soit par la mise en réseau. Une des idées fondamentales au coeur des dispositifs européens est la promotion des valeurs et de la citoyenneté européennes auprès des jeunes et de leur entourage. Pensez aussi au fait que votre projet devra être à forte plus-value locale. L’évocation de l’actualité européenne (en période d’élections par exemple) ou encore l’étude comparative d’une problématique transversale touchant les jeunes européen·ne·s participent à la construction d’une société de citoyen·ne·s européen·ne·s et sont ainsi des projets très soutenus. 

LES PROGRAMMES THÉMATIQUES ET TRANSVERSAUX DE L’UNION EUROPÉENNE

L’Union Européenne, via la Commission européenne, mobilise des fonds importants pour soutenir les projets portés par les différent·e·s acteur·rice·s, qu’il·elle·s soient institutionnel·le·s ou issu·e·s de la société civile. L’Agence exécutive « éducation, audiovisuel et culture », le Fonds social européen ou encore la Direction générale « emploi, affaires sociales et égalité des chances » mettent en place plusieurs programmes thématiques. Il vous revient alors de vous renseigner sur leur teneur afin de vérifier l’éligibilité de vos projets. Attention toutefois : vous ne pouvez pas cumuler deux financements émanant de deux programmes de la Commission pour un même projet. Vous pouvez trouver plus d’informations sur les dispositifs de financement sur le site de la Commission européenne sur son site

LE PROGRAMME EUROPÉEN ERASMUS+: JEUNESSE

La Commission européenne, à travers le programme européen « Erasmus+ », vise à promouvoir une « citoyenneté active » des jeunes. Elle entend « inspirer auprès des jeunes européen·ne·s un sentiment de citoyenneté européenne active, de solidarité et de tolérance ainsi que de les impliquer dans la construction du futur de l’Union ». Elle espère ainsi participer à l’amélioration de leur compréhension de la diversité culturelle et au renforcement de valeurs communes évoluant autour de la lutte contre le racisme et de la défense des Droits de l’Homme. La question de l’apprentissage non formel est également au coeur du programme. L’une des idées phares d’Erasmus+ est également d’encourager l’intégration de tou⋅te⋅s les jeunes, sans tenir compte de leur origine sociale, économique, culturelle… Les jeunes qui se trouvent dans une situation défavorisée par rapport à leurs pairs ont donc un accès prioritaire au programme. Le volet Jeunesse du programme Erasmus+ dispose d’un budget global de 1,5 milliards d’euros pour sept ans (2014-2020).

Cinq axes sont développés dans le cadre du volet Jeunesse du Programme Erasmus+ :

  • Les échanges de jeunes ;
  • Le service volontaire européen ;
  • Les mobilités des travailleur⋅se⋅s de jeunesse ; 
  • Les partenariats stratégiques ; 
  • Les rencontres de jeunes, décideur⋅se⋅s et expert⋅e⋅s du secteur jeunesse
ZOOM SUR LES ÉCHANGES DE JEUNES

Les échanges de jeunes offrent à des groupes de jeunes de 13 à 30 ans, de différents pays l’occasion de se rencontrer de d’apprendre à mieux se connaître. Lors d’un échange de jeunes, les groupes organisent une série d’activités ( ateliers, débats, jeu de simulations, activités de plein air, etc.) autour d’un thème d’intérêt commun. Le programme d’activité est fixé et préparé en amont de l’échange. Ces rencontres permettent de développer des compétences, de prendre conscience des réalités sociales et culturelles différentes, de découvrir d’autres cultures grâce notamment au renforcement de valeurs telles que la solidarité, la démocratie et l’amitié. Les voyages d’études, projets individuels, festivals et chantiers ne peuvent, par conséquent, être financés.

Notez également que les projets peuvent être portés par des groupes de jeunes qui ne sont pas constitué⋅e⋅s en association. Vous pouvez donc monter votre projet facilement avec d’autres jeunes engagé⋅e⋅s autour de vous.

Les projets doivent durer entre 3 mois et 24 mois, de leur préparation à l’évaluation en passant par la dissémination. L’activité d’échange en elle-même peut durer de 5 à 21 jours. Elle doit impliquer au minimum deux organisations de deux pays différents. Elle doit également regrouper entre 16 et 60 participant⋅e⋅s. Chaque groupe d’un pays doit au moins comporter un⋅e adulte référent⋅e. 

La subvention accordée est calculée en fonction du nombre de participant⋅e⋅s et de la durée de la rencontre (37€ par jour et par participant⋅e), les frais de déplacements sont couverts et calculés par bornes kilométriques. Un cofinancement est également fortement souhaité. Il y a habituellement trois dates de dépôt des dossiers (17 mars, 30 avril, 1er octobre), votre activité devant démarrer au minimum trois mois après le dépôt de la demande.

D’une manière générale, conservez très précieusement toutes les factures justifiant chaque dépense liée au projet. Elles vous seront demandées lors du bilan. Essayez de prendre régulièrement des notes lors de la préparation et de la réalisation du projet, cela vous aidera à rédiger le compte-rendu détaillé de vos actions. Les bilans des activités et financier devront en effet être transmis à l’Agence Erasmus+ Jeunesse dans les deux mois qui suivent la fin du projet.

Il est également important de réfléchir aux activités de suivi que vous mettrez en place afin de valoriser votre projet une fois réalisé. Constituez-vous en porte-parole de cette citoyenneté européenne encouragée par le programme Erasmus+. En effet, l’idée est d’inciter un grand nombre de jeunes à se saisir des opportunités existantes et à proposer des projets. Supports audiovisuels, collaboration avec les médias, site web… Tous les moyens sont bons pour donner à voir les possibilités d’action fournies par les programmes européens. Vos chances de voir votre projet subventionné seront d’autant plus grandes que vous aurez pris ces dimensions en compte dans sa construction. 

En France, le programme est géré dans ses aspects opérationnels par l’Agence Erasmus+ Jeunesse et Sport, hébergée à l’Agence du Service Civique, au 95 avenue de France à Paris (75013) . Tél. : 09 74 48 18 40 (appel non surtaxé)

LE PROGRAMME « L’EUROPE POUR LES CITOYENS »

Ce programme a pour ambition de permettre la multiplication des échanges entre citoyen·ne·s européen·ne·s et de renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté européenne unie. Pour la période 2014-2020, le programme dispose d’un budget global de 186 millions d’euros.

Quatre types d’actions sont soutenues dans le cadre de ce programme : 

  • jumelage de villes
  • appui à la participation citoyenne, 
  • soutien aux organisations de la société civile
  • soutien au commémorations des victimes des régimes totalitaires de l’histoire moderne de l’Europe. 

Une association financée dans le cadre de ce programme a par exemple organisé un cycle de conférences itinérant, dans différentes capitales européennes. Ces échanges portaient sur les transformations récentes de l’Europe et visaient à remobiliser les citoyen·ne·s autour du projet européen. Dans ce cadre, le CIDEM est le point national d’information pour le programme « L’Europe pour les citoyens ».


D'autres dispositifs européens de financement

L’OFAJ (OFFICE FRANCO-ALLEMAND POUR LA JEUNESSE)

L’OFAJ finance des projets d’échanges binationaux ou trinationaux impliquant des Français⋅e⋅s et des Allemand⋅e⋅s. Les priorités de l’OFAJ sont l’apprentissage linguistique, la formation professionnelle et les liens avec le monde de l’entreprise, l’intégration et l’égalité des chances, les nouveaux médias, l’éducation artistique et culturelle. La dimension interculturelle est un critère fort pour l’attribution des aides.

De petites bourses de voyage sont également accordées pour les personnes souhaitant réaliser en Allemagne des projets culturels ou sportifs (300 € pour un mois). L’Office soutient plus spécifiquement les pratiques culturelles et artistiques de jeunes amateur·rice·s ou professionnel·le·s, ainsi que des projets plus individuels d’insertion professionnelle (job ou stage) ou du domaine de l’engagement (chantier ou volontariat).

LA FONDATION HIPPOCRÈNE

Le but de cet organisme, créé en 1992, est de renforcer la cohésion entre jeunes européen·ne·s, en apportant un soutien financier à des projets culturels, éducatifs, humanitaires… se déroulant dans plusieurs pays de l’Union. Les membres du comité de sélection des projets sont particulièrement attentif⋅ve⋅s à la dimension européenne du projet (action touchant plusieurs pays, impliquant des responsables venant également de divers pays, oeuvrant pour la construction européenne), ainsi qu’à son impact sur la jeunesse d’Europe.

LE FONDS EUROPÉEN POUR LA JEUNESSE (FEJ)

Ce fonds européen pour la jeunesse est une initiative du Conseil de l’Europe, destinée à apporter un appui financier aux activités européennes de jeunesse. La promotion des valeurs défendues par le Conseil (droits de l’homme, démocratie, solidarité, tolérance…) est au coeur de ce dispositif, qui a soutenu le développement de près de 260 projets en 2010. Conçu pour les jeunes de 15 à 30 ans, il s’adresse principalement aux réseaux et associations souhaitant organiser des rencontres de jeunes ou d’autres types d’actions dans les domaines culturels et humanitaires.

LE CORPS EUROPÉEN DE SOLIDARITÉ

Le corps européen de solidarité est une initiative de l’Union européenne qui vise à donner aux jeunes la possibilité de se porter volontaires ou de travailler dans le cadre de projets organisés dans leur pays ou à l’étranger et destinés à aider des communautés et des personnes dans toute l’Europe. Leurs actions se déclinent en trois axes :

  • les projets de volontariat : pour favoriser l’envoi et l’accueil de volontaires dans le cadre de missions d’intérêt général utiles à la communauté. 
  • le volet professionnel : pour favoriser l’accueil ou l’envoi de jeunes dans le cadre de stages et/ou d’emplois au sein d’organismes publics ou privés
  • les projets de solidarité : pour soutenir les jeunes dans la mise en place de leurs actions d’entraide au sein de leur communauté locale

Ici, seules les organisations peuvent réaliser une demande de subventions directement (association, collectivité, etc.) qui porte le projet et obtient les financements. Vous pouvez déposer votre dossier ici

En conclusion, cette liste est loin d’être exhaustive… À vous de réaliser un travail de veille ou en rencontrant d’autres porteur⋅se⋅s de projets européens, afin de trouver le⋅la bon⋅ne partenaire financier. Loin d’être une forteresse imprenable, l’Europe est donc une véritable partenaire pour vos projets, dont il faut connaître le rythme, les exigences et les priorités. Mais, cela s’avère être une occasion de plus pour vous de faire rayonner vos initiatives au-delà de vos champs d’actions habituels. 


quis, lectus ut dolor ut mattis leo Donec id neque. diam sed